Santé

L’activité physique protège le cerveau, donc réduit les risques d’Alzheimer

L'activité physique protège le cerveau, donc réduit les risques d’Alzheimer
L’activité physique protège le cerveau, donc réduit les risques d’Alzheimer

Une étude révèle que l’activité physique protège le cerveau. Etre actif permettrait de réduire de 50% le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Tout le monde peut profiter des bienfaits de l’activité physique, c’est ce que révèle une étude publiée dans la revue Journal of Alzheimer’s Disease. Selon les travaux de chercheurs de l’Université de Pittsburgh et de l’université de Californie (Etats-Unis), les personnes actives possèdent un volume de matière grise plus important que les sédentaires. Transposé au niveau des personnes âgées, ce constat permet de réduire le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

Peu importe l’activité physique exercée, les bénéfices sont là. Ils sont même conséquents vu que les modèles mathématiques s’appuyant sur les données collectées auprès de 876 personnes de plus de 65 ans montrent une réduction du risque de développer la maladie d’Alzheimer de 50%. Si le risque diminue chez les personnes actives qui ne sont pas encore atteintes, l’activité physique est aussi profitable pour les personnes atteintes.

L’exercice permet de brûler des calories, ce qui permet de moins perdent de matière grise, donc de protéger les zones du cerveau responsables de la mémoire et de la cognition.

« Notre étude est l’une des plus importantes à examiner la relation entre l’activité physique et le déclin cognitif, et les résultats confirment que rester actif protège le cerveau », explique James Becker, l’un des auteurs de l’étude. Pour les scientifiques, les résultats de leur étude suggèrent que la prescription d’activité physique pour contribuer à prévenir la détérioration de la mémoire.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Populaires

To Top